FAQ COVID-19

Vous n’avez pas trouvé réponse à votre question dans notre FAQ? Posez-la ici : [email protected].

Modification des procédures

Les procédures de contrôle seront-elles modifiées?

La santé et le bien-être des athlètes et du personnel de contrôle du dopage restent la priorité du Centre canadien pour l’éthique dans le sport (CCES).

À la suite de la déclaration de la pandémie de COVID-19, puis après la levée des restrictions provinciales qui permettait aux athlètes de recommencer l’entraînement, nous avons mis en place des procédures de contrôle du dopage supplémentaires. Ainsi, nous avons pu reprendre en toute sécurité les prélèvements d’échantillons d’urine et de sang exigés par le Programme canadien antidopage (PCA). Les prélèvements d’urine ont repris le 13 juillet 2020 et les prélèvements de sang, le 26 octobre 2020.

Afin de refléter le statut actuel des mesures sanitaires provinciales, nous avons remplacé nos procédures supplémentaires liées à la COVID-19 par une directive simplifiée décrivant les mesures de santé et sécurité que le personnel de prélèvement des échantillons doit suivre lors des missions de contrôle du dopage. Cette directive est entrée en vigueur le 14 octobre 2022.

Quelles sont les modifications apportées au processus de contrôle du dopage?

Voici un aperçu des procédures supplémentaires :

  • Tous les membres du personnel de prélèvement des échantillons du CCES doivent compléter une autoévaluation sur la COVID-19 avant d’exécuter leurs tâches.
  • Les athlètes et leurs représentants doivent remplir les questionnaires de l’athlète et du participant sur la COVID-19 du CCES avant le contrôle.
  • Toutes les personnes participant au processus de contrôle du dopage doivent appliquer le principe de distanciation physique lorsque possible.
  • Tous les membres du personnel de prélèvement des échantillons à une séance doivent porter un masque. Bien que les athlètes et les autres participants n’y soient pas obligés, ils sont encouragés à porter un masque.
  • Du désinfectant pour les mains sera mis à la disposition des athlètes et des autres participants.
  • Depuis septembre 2021, les personnes qui participent activement au prélèvement d’échantillon d’urine ou de sang (agents de contrôle du dopage, escortes, agents de prélèvement sanguin, etc.) doivent fournir une preuve vaccinale avant de procéder au prélèvement.

Questionnaire d’autoévaluation sur la COVID-19

Les agents de contrôle du dopage (ACD) et les escortes devront-ils passer un test de COVID-19 pour vérifier qu’ils ne sont pas porteurs asymptomatiques?

Non, mais le personnel de prélèvement des échantillons remplira un formulaire d’autoévaluation le jour du contrôle, conformément aux consignes sanitaires.

En quoi consiste l’autoévaluation des athlètes?

Les athlètes doivent remplir le Questionnaire de l’athlète avant de subir un contrôle. Toute personne accompagnant l’athlète ou observant la séance de contrôle du dopage (ex. : représentant de l’athlète, interprète, observateur) doit remplir le Questionnaire du participant. Les questions portent sur leurs symptômes actuels et les personnes déclarées positives au test de dépistage. Les réponses doivent être les plus exactes et complètes possible.

Si un athlète répond « Oui » à une question, la séance sera interrompue. Le CCES communiquera ensuite avec lui pour confirmer les renseignements fournis, lui poser des questions ou lui demander des documents.

Si un participant répond « Oui » à une question, il ne pourra prendre part à la séance.

Que se passe-t-il si un athlète ment ou feint des symptômes pour éviter le contrôle?

Si une séance de contrôle du dopage est interrompue, le CCES passera le questionnaire en revue avec l’athlète pour vérifier ses réponses.

S’il s’avère que les renseignements fournis sont frauduleux ou non fondés, le CCES ouvrira une enquête officielle pour déterminer si une violation des règles antidopage a été commise (ex. : falsification ou soustraction à un prélèvement).

Que dois-je faire si je suis en isolement volontaire en raison d’une exposition possible à la COVID-19 ou d’un voyage récent à l’étranger?

Un athlète faisant partie du Groupe cible enregistré (GCE) du CCES ou du GCE d’une fédération internationale doit informer le CCES et leur organisme national de sport s’il est en quarantaine ou en isolement volontaire, quelle qu’en soit la raison. Ces renseignements doivent être compris dans les informations sur sa localisation. Le CCES ou la fédération internationale compétente pourra effectuer un suivi auprès de l’athlète pour obtenir plus de renseignements.

Contrôles à domicile

Le CCES fait-il des contrôles à domicile? Mon appartement est plutôt petit et j’ai des colocataires.

Oui, les athlètes demeurent assujettis aux contrôles en tout temps et en tout lieu. Lors du prélèvement d’échantillons, nous suivons les procédures énoncées dans la directive relative à la COVID-19, qui pourraient être plus strictes que les mesures sanitaires provinciales. Nous conseillons donc aux athlètes de prendre les mesures suivantes en préparation d’une visite à domicile :

  • Identifiez une zone pouvant être aménagée en poste de contrôle du dopage où il est possible de maintenir une distance physique suffisante.
  • Discutez de la possibilité d’un contrôle à domicile et des zones pouvant être aménagées avec les personnes qui habitent avec vous.
  • À l’exception du représentant de l’athlète, les personnes présentes devraient rester à l’écart de la zone identifiée pendant la séance.
  • Enfin, même si les contrôles peuvent avoir lieu en tout temps, nous encourageons les athlètes du GCE qui soumettent leurs informations de localisation à indiquer l’endroit où ils se sentent le plus à l’aise pour leur période de 60 minutes.

Je vis avec une personne âgée ou immunodéprimée. Est-ce que je dois quand même me soumettre à un contrôle à domicile?

Oui, les athlètes demeurent assujettis aux contrôles en tout temps et en tout lieu. Lors du prélèvement d’échantillons, nous suivons les procédures énoncées dans la directive relative à la COVID-19, qui pourraient être plus strictes que les mesures sanitaires provinciales. Nous conseillons donc aux athlètes qui vivent avec une personne âgée ou immunodéprimée de prendre les mesures suivantes en préparation d’une visite à domicile :

  • Identifiez une zone pouvant être aménagée en poste de contrôle du dopage où il est possible de maintenir une distance physique suffisante.
  • Discutez de la possibilité d’un contrôle à domicile et des zones pouvant être aménagées avec les personnes qui habitent avec vous.
  • Identifiez d’autres zones où la personne âgée ou immunodéprimée pourra patienter en attendant la fin du processus ou demandez à l’ACD de lui laisser le temps de quitter le domicile.
  • Demandez à l’ACD d’effectuer le contrôle dehors, dans la mesure du possible (ex. : dans la cour, à l’extérieur de l’appartement ou de l’immeuble).
  • Enfin, même si les contrôles peuvent avoir lieu en tout temps, nous encourageons les athlètes du GCE qui soumettent leurs informations de localisation à indiquer l’endroit où ils se sentent le plus à l’aise pour leur période de 60 minutes.

Je suis un athlète paralympique et je vis dans une résidence pour personnes semi-autonomes. Les visiteurs ne sont pas autorisés pendant la pandémie; je ne peux donc pas accueillir un ACD chez moi. Est-ce qu’il s’agit d’une violation des règles antidopage?

Il n’est pas attendu que les athlètes qui vivent dans une résidence pour personnes semi-autonomes qui interdit les visites extérieures pendant la pandémie puissent être contrôlés sur place.

Si l’ACD se présente à la résidence et apprend l’existence de ce protocole, il discutera avec l’athlète pour trouver un autre emplacement. Il pourra mettre fin à la séance si ce n’est pas possible.

Le CCES travaillera avec les organismes nationaux de sport pour organiser les contrôles à l’extérieur des résidences de ces athlètes, notamment dans les centres d’entraînement.

Contrôles sur les sites d’entraînement

Mon centre d’entraînement a établi des protocoles d’accès stricts pendant la pandémie. Comment puis-je m’assurer que l’ACD puisse faire le contrôle sur place?

Les athlètes membres du Groupe cible enregistré (GCE) du CCES qui s’entraînent ailleurs qu’aux centres des instituts canadiens du sport doivent le mentionner dans les informations sur leur localisation pour que le CCES puisse se préparer à accéder au site d’entraînement et adapter ses procédures au besoin.

Contrôles effectués par une autre organisation que le CCES

Je m’entraîne à l’étranger. Est-ce que je suis quand même assujetti à des contrôles?

Les athlètes soumis au Programme canadien antidopage (PCA) peuvent être contrôlés au Canada ou à l’étranger.

Si les athlètes sélectionnés sont à l’étranger, le CCES collaborera avec l’autorité de prélèvement des échantillons (l’organisme qui effectuera le prélèvement pour le CCES) pour s’assurer que toutes les mesures de précaution sont prises, conformément aux directives des autorités sanitaires locales.

Procédures de prélèvement d’échantillons de sang

Pourquoi le CCES recommence-t-il à prélever des échantillons de sang?

Ces prélèvements sont nécessaires pour détecter toute la gamme de substances et de méthodes figurant sur la Liste des interdictions de l’AMA. Ils permettent aussi de détecter le dopage sanguin et l’usage d’hormones de croissance humaines (hGH), et d’assurer la surveillance de paramètres sanguins sélectionnés dans le cadre du programme du Passeport biologique de l’athlète. 

Pour en savoir plus sur les contrôles sanguins, consultez la FAQ sur les contrôles sanguins ou écrivez à [email protected].

Quelles sont les mesures en place pour assurer ma sécurité lors d’un prélèvement?

Pendant la pandémie de COVID-19, le CCES fait affaire avec des entreprises spécialisées et réputées pour obtenir les services de phlébotomistes certifiés qui prélèvent les échantillons de sang des athlètes.

Les mesures suivantes s’ajoutent aux procédures de prélèvement d’échantillons d’urine et de sang :

  • Tous les membres du personnel de prélèvement des échantillons du CCES, y compris les agents de prélèvement sanguin (APS), doivent compéter une autoévaluation sur la COVID-19 avant d’exécuter leurs tâches.
  • Les athlètes et leurs représentants doivent remplir les questionnaires de l’athlète et du participant sur la COVID-19 du CCES avant un contrôle. 
  • Toutes les personnes participant au processus de contrôle du dopage doivent appliquer le principe de distanciation physique lorsque possible.
  • Tous les membres du personnel de prélèvement des échantillons à une séance doivent porter un masque. Bien que les athlètes et les autres participants n’y soient pas obligés, ils sont encouragés à porter un masque. L’APS peut aussi porter de l’équipement de protection individuelle supplémentaire, comme des gants et une visière.
  • Du désinfectant pour les mains sera mis à la disposition des athlètes et des autres participants. 
  • Depuis septembre 2021, les personnes qui participent activement au prélèvement d’échantillon d’urine ou de sang (ACD, escortes, APS, etc.) doivent fournir une preuve vaccinale avant de procéder au prélèvement.

Où et quand les échantillons de sang peuvent-ils être prélevés pendant la pandémie de COVID-19?

Le prélèvement d’échantillons d’urine et de sang peut avoir lieu n’importe où et n’importe quand, y compris à votre résidence, à votre lieu d’entraînement ou à un endroit temporaire.

Selon le type d’analyse à effectuer, vous pourriez devoir attendre entre 30 minutes et deux heures après un effort physique avant que l’APS puisse prélever votre échantillon de sang. Afin de limiter le temps d’attente et de réduire le temps total nécessaire pour le contrôle du dopage, nous recommandons aux athlètes du Groupe cible enregistré (GCE) d’indiquer clairement leur horaire d’entraînement dans les informations sur leur localisation (ex. : « entraînement à la maison de 6 h à 7 h »).

L’APS peut-il prélever un échantillon de mon sang tout en conservant une distance physique?

Le personnel de prélèvement des échantillons est formé pour maintenir, autant que possible, une distance physique suffisante pendant le processus. Toutefois, il est parfois impossible de le faire, comme lors de la ponction veineuse. Par mesure de protection, tous les membres du personnel de prélèvement des échantillons à une séance doivent porter un masque. Bien que les athlètes et les autres participants n’y soient pas obligés, ils sont encouragés à porter un masque. L’APS peut aussi porter de l’équipement de protection supplémentaire, comme des gants et une visière.

Puis-je demander de ne fournir que des échantillons d’urine pendant la pandémie de COVID-19?

Vous devez fournir les échantillons spécifiés dans votre avis de contrôle, qu’il s’agisse d’échantillons d’urine ou de sang. Le défaut de fournir un échantillon pourrait entraîner une violation des règles antidopage.

Le CCES peut-il vérifier si j’ai des anticorps contre la COVID-19 dans le sang?

Les règles du Programme canadien antidopage (PCA) indiquent clairement que les échantillons (d’urine et de sang) sont prélevés uniquement aux fins de la lutte contre le dopage. À l’heure actuelle, le PCA ne permet donc pas de faire des analyses supplémentaires liées à la COVID-19.

Pour en savoir plus sur les prélèvements d’échantillons de sang, consultez la FAQ sur les contrôles sanguins ou écrivez à [email protected].

Politique de vaccination

La vaccination est-elle obligatoire pour le personnel de prélèvement des échantillons (agents de contrôle du dopage, escortes, agents de prélèvement sanguin, etc.)?

Le CCES a mis en place une politique de vaccination COVID-19 pour tous les membres du personnel de prélèvement des échantillons, y compris les bénévoles, en septembre 2021. Les personnes qui participent activement au prélèvement d’échantillon d’urine ou de sang doivent fournir une preuve vaccinale avant de procéder au prélèvement.